Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 18:45

jacqueline-de-romilly.jpg"Jeanne", c'est le nom du roman que Jacqueline de Romilly écrivit "dans l'année qui suivit la mort de sa mère, en 1977 - Jacqueline de Romilly ne se séparait jamais de la photo de sa mère posée sur son bureau dans un petit cadre doré - Veuve, ­pauvre et intelligente, Jeanne Maxime-David - son nom de plume - se voulait ­ambitieuse pour sa fille Jacqueline. Elle devint une ­romancière très célèbre à son époque" (Jean-Régis Roustan). 


Coïncidence?  "Jeanne",   c'est aussi le nom qu'Arianne Grimm a donné à une des petites histoires illustrées qu'elle écrivait pour faire plaisir à sa maman (lien).

                        C'était en 1975 - Elle avait 8 ans:

 

Image 1

    Dans la forêt, il y avait une petite fille avec ses parents. Ils étaient bien pauvres. La petite fille partit. Elle s’appelait Jeanne. Elle dit à ses parents : " Papa, maman, je pars faire une promenade ?"

    - Non, dit la mère  - Pourquoi ?

    - Et si tu te perdais !  - Non, je ne me perdrai pas. Allez ! voyons ! J’irai pas loin.

    - Non ! Euh... bon, oui, mais pas loin, hun ? Je veux bien mais emporte cette tartine de miel pour que tu la manges.


     " Oh ! Que la vie est belle ! " Jeanne était entourée de fleurs, d’oiseaux, de fraises, de fruits... et elle n’avait pas envie de rentrer ! Ce n’était pas possible de quitter ce paradis.

     Puis, le soir, elle se dit : " Pour l’amour de Dieu, je veux dormir ici."

    Puis, elle s’assit et s’installa, mangea sa tartine et s’endormit en écoutant les oiseaux.

    Et le lendemain, elle avala des fraises et des pommes, puis elle partit... et arriva dans un château.   Curieuse, elle avança et observa les pierres du château... puis Jeanne entra et visita...

    Quand elle ouvrit une porte... tout à coup, des petits rats filèrent et se faufilèrent par une cheminée.

    Puis un valet entra dans la pièce et demanda : " Vous voulez visiter le palais ? "

    - Oui s’il vous plaît, répondit Jeanne.

    - Suivez-moi.

    Le valet fit entrer la fillette dans une salle...Il y avait des carrelages bleu et jaune sur les murs, le plafond, le parterre.


 

    C’EST LE PALAIS DES CARREAUX  ET DES CARRELAGES.

                         FIN

 

 

Gisèle Grimm,la transcriptrice

 

 

  


Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 16:48

Je lis dans mon journal : "La bande dessinée passe vite de l’album à la galerie. La vente de 700 dessins et planches, chez Artcurial, le 2 avril, témoigne de cette nouvelle vitalité du 9ème art. ...Comptez 50 000 Euros pour une planche de Spirou signée Franquin..."

 

Passionnée par la bande dessinée depuis que, dans sa toute petite enfance, sa mère lui lisait les albums d'Astérix et de Tintin, Ariane a très vite - à 10 ans - voulu créer sa propre héroïne, "Limine":

 

"Limine, qu'est-ce que c'est ? C'est un Lucky Luke féminin. J'ai créé Limine parce que j'avais envie que les femmes entrent un peu dans le monde des cow-boys. Elle ne serait qu'une pauvre cow-girl si elle n'avait pas son cheval, Black Beauty, une jolie jument noire qui galope vite. Limine c'est la brune, Black Beauty c'est la blonde."  (LIEN)

 

Une autre héroïne, Line, qui eut de multiples aventures, devint même le double d'Ariane  dans son journal !!! (LIEN)   Voici quelques images de... quelques BD d'Ariane, créées entre  10 et 13 ans :

 

Image-2.jpg

 


Image-8.jpg

 

 

Image-6-copie-1.jpg


Image-5.jpg

 

Ces planches vaudraient combien aujourd'hui?....

 

 

Gisèle Grimm, la transcriptrice


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 16:22

Lire ou ne pas lire un Journal Intime... ou PIRE : Publier ou ne pas oublier un journal intime... Par exemple celui d'un proche qui a disparu?!?! ... Indiscrétion... Viol... ou au contraire assurer la survie de ce proche qui vous est cher?

 

danger!

 

 

 

Dans son journal, à 12 ans, Ariane n'a-t-elle pas utilisé un avertissement ? :

 

La personne qui lira ce cahier sans la permission de son propriétaire ne sera pas hors de dangers (au pluriel)

 

 

 

 

 

 

    fidele-cahier-.png

 

  Mais n'a-t-elle pas écrit à 11 ans dans une lettre à sa chère maman (lien) que celle-ci pourrait lire son journal ? :


Le 23 juillet 1978 :


Je ne peux pas te raconter tout ce que je fais car ce n'est pas possible à écrire. J'écrirais alors plus que Balzac. Je te raconterai en rentrant en m'aider de mon fidèle cahier de mémoire. 

 

 

 

Et à 15 ans, Ariane s'adresse carrément au lecteur (imaginaire) de son journal et l'invite à lire attentivement  ce qu'elle écrit ... :

 

                   2 août 1982 :

 

Vous savez, ça me ferait du bien de dire ce que je pense de tout, de hurler mon pessimisme, d'inventer des choses négatives tellement je passe avec mon père mes pensées à la passoire. Vous savez (j'adore dire ça - ça vous permet d'être plus attentif et de faire très attention à ce que je dis), quand j'ai eu mon accident, tout le monde a été sympa avec moi. J'étais malade physiquement et on m'a réconfortée. Mais en fait, j'ai la même peine - même franchement pire - moralement, et on me délaisse.

 

 

Gisèle Grimm (la transcriptrice)

 

 


Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 17:25

Toute petite fille, Ariane s'est comporté en archiviste. Dans son premier journal, intitulé par elle-même: "Cahier de mémoire n° 1", le 10 octobre 1977 (elle a dix ans), elle montre sa maîtrise nouvelle en récapitulant sa déjà longue carrière:

 

Vous savez, ça n'a pas  d'intérêt mais:

En 1974, j'ai fait un livre qui s'appelle "La colère", avec un petit garçon appelé Denis. En 75, "Vanie", une petite fille et en 75-76 il y a "Vanie et Denis" frère et soeur, une très grande histoire. En 77, "Une vie habituelle", avec eux aussi, que je suis en train de faire... Ensuite la collection la Tour, avec un livre fait en 76, de Panache  [...] et quand j'aurai fini, je ferai "Des poissons particuliers".

 

 Des poissons particuliers, les voici :

 

poissons n°1-oui

  Dans un grand océan bleu vivaient des petits poissons. Dans une famille une mère avait eu des poissons oranges sauf un, un rouge. Les petits poissons jaloux se montrèrent méchants avec lui. Le poisson rouge les imaginait tous morts et il ne restait que lui et sa mère dans des fonds de couleur.

  Dans un autre océan vivait une petite famille. La mère avait eu des poissons rouges et un orange. Les poissons rouges jaloux devinrent méchants. Il les imaginait tous morts.

 

 

poissons-n-2.png

 

 

Un jour, le petit poisson rouge et le jaune orange partent et se rencontrent. Ils disent où ils vont.

 

Et le petit poisson maintenant vit dans une famille rouge et l'orange dans une famille orange.

 

Ils ont raconté leur histoire et la vie finit bien dans l'océan des poissons rouges et oranges.

 

 

 

 

 

Pour les curieux qui aimeraient lire les histoires avec des images qu'Ariane a répertoriées dans son journal,  cliquer sur ce  lien dans le site Ariane Grimm.

 

 

Gisèle Grimm, la transcriptrice.

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 13:37

Disons-le tout net : L'Enfance Malheureuse est "un hors sujet" au moment où l'Effroyable s'abat sur le Japon.

 

7667972311_une-rescapee-au-milieu-des-decombres-de-la-ville.JPG

 

Il m'est impossible de ne pas avoir une pensée douloureuse pour cette immense tragédie:


201103130889-La-Centrale.jpg

 

 

L'enfance malheureuse : On la trouve au cinéma : "Les quatre cents coups" de Truffaut, la littérature : "David Copperfield" de Dickens... et aussi dans ce qu'a écrit la très jeune Ariane Grimm... luttant contre l'adversité en s'écrivant - à elle-même :


"POUPOUNE, NE SOIS PAS MALEUREUSE À CAUSE (acose) DE GISÈLE (sa mère) CAR C'EST LA FÊTE!" ;

lettre 1974
 et, dans un dessin, en incitant sa mère à ne pas se facher : 


"MAMAN NE SE FACHERA PAS ET IL FAUT (fo) RIRE" :

                                             lettre 1974 3.

 

 

Gisèle Grimm....

le remords.

 


 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 17:49

Ses rêves... J'aurais pu choisir un autre titre : "Adolescence" par exemple. 

Non! Je préfère laisser la parole... si l'on peut dire... au journal d'Ariane. Elle a 13 ans :


 

Mardi 14 octobre 1980 -    "Ce que j'aimerai être" : 


     Mon rêve... ou plutôt mes rêves

Ce que j'aimerais être

Ce que je voudrais être
Ce qui n'a peut-être jamais existé, ce qui n'existe peut-être pas, ce qui n'existera peut-être jamais... J'aimerais être... je ne sais comment dire... Quelqu'un de très fort moralement, très très fort, qui déconne bien, avec beaucoup d'humour, qui parle... je veux dire qui dit des choses juste quand il faut... Quelqu'un de très beau.
Souvent dans l'année, je me mets à aimer des gens, à penser à eux, à rêver d'eux. Des camarades, souvent. J'ai besoin de quelqu'un qui me soutienne. Une personne masculine, féminine, je ne sais pas...
 

 Et, sans rapport, quelques images d'une jolie histoire avec dessins (écrite à 9 ans) que l'on peut "regarder" en cliquant sur  les    Nouveautés du site d'Ariane :

 

      habitation-afrique-cover-v-copie-1.jpg  habitation-afrique-06-v---copie.jpg

 


      habitation-afrique-11-v---copie.jpg   habitation-afrique-12-v

 

Gisèle Grimm, la transcriptrice


 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:25

     Oui, prudence! En principe, un journal intime est un espace de liberté. Pas besoin de s'auto-censurer... Alors que dans un blog, il vaut mieux prendre des précautions. Faire gaffe, quoi!... 

 

     Mais attention! Si votre journal intime tombe dans les mains de celui dont vous avez dit du mal, les ennuis commencent et cela peut vous entraîner loin... voire devant les tribunaux!!!

 

     Précautionneuse, Ariane avait prévu le coup!  Sur la page de gauche de son journal, elle écrit:

 

"Voici ce que j'ose écrire de ma gentille mère lorsque je suis en colère.

Excuse-moi ma Noute, en ce moment, je ne le pense pas du tout."

 

 

     Et sur la page de droite, très en colère, elle vide son sac :

 

"Voici la vérité sur la mère, mais je vais parler à la 2ème personne :

        Comment tu trouves-tu?

Belle, moche, moyenne, grande, gracieuse, petite, ratatinée?

      Je vais te le dire.

Ton visage est beau, malheureusement usé par les âges     (c'était en 1981! ........)

Ton nez est bossu, trois-quarts, demi-face, tout ce que tu veux mais il est bossu [...]

K9-jose-ecrire.jpg

 

Depuis 1981, on s'en doute, le visage de Noute ne s'est évidemment pas amélioré!

 

 

Gisèle Grimm, la transcriptrice

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 17:29

Dans ses "mémoires", à 13 ans, Ariane récapitule déjà sa carrière d'écrivain !

 

"Vers 10 ans, le nom de Limine que j'ai trouvé m'a plu et j'ai décidé de lui faire jouer des aventures proches des miennes, de mes problèmes mais qui réussit à la fin. Puis il y a eu l'époque des cowboys. Pendant presque un an, je dessinais le héros qui grandit: Limine, devenue une cow-girl, qui se mariait d'ailleurs avec Lucky-Luck (vers la 6ème)."

 

Marié avec Lucky-Luck ?!?!... Alors, voici quelque-uns des dessins de cette cow-girl double d'Ariane, de sa jument Black-Beauty et même de Lucky-Luck  (avec d'autres dessins à voir et à ECOUTER avec la voix d'Ariane : link


 

poster04-v.jpg            poster05-v

 

poster07-v.jpg            poster08-v.jpg

 

                          Pour voir beaucoup d'autres images,  cliquez ici !

 

 

Gisèle Grimm, la photographe

 


Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 18:19

Dans son journal, Ariane Grimm parle de ce qui se passe dans sa tête avec ses parents qui ont divorcé... Changer de lieu! Perdre ses repairs! Ne plus savoir sur quel pied danser! ...

 

Elle a 15 ans, elle vient de quitter "la Noute" (Grimm) et elle va désormais vivre avec son père dans une des Tours de la Défense près de Paris. Très triste, elle écrit dans   "Pop Corn", nom qu'elle donne à son journal :

 

Cahier-de-memoire-POP-CORN.jpgMardi 7 septembre 1982

 

Je suis toujours dans mon malheur. Je ne supporte pas les autres. Je fais alors la gueule et je ne peux pas rire.. ni sourire.

 

Je suis inquiète de la rentrée. J'ai peur d'être seule quand je rentre du bahut. Sinon, tout va bien. Ces problèmes sont un peu bidon. C'est mon cerveau malade qui les invente. Mais vous comprenez, cette situation est très pénible. Toujours on change de bled : la rue des boulangers... La Tour à La Défense... Je sais pas trop où j'en suis.

 

Je raconte n'importe quoi. J'aime changer de lieu. Je ne me plais jamais là où je suis... C'est-à-dire que j'aurais besoin d'un lieu fixe pour me guider. Oui à la Tour, mais c'est si nouveau.

 

[...]

 

Je souffre aussi de ne pas avoir eu de flirt cet été. Un vrai, comme dans « Le Grand Amour » : on s’aime, on se quitte plus! J’ai lu dans «O.K. Magazine» : «Comment se séparer sans verser de larmes?» Au début, je prenais une attitude très méprisante pour toutes ces petites histoires ! La meufe qui retrouve son ancien flirt après les vacances et qui se jette dans ses bras après avoir quitté un autre type avec qui elle a filé le parfait amour... Pourquoi pas moi? [...]

 

[...]

 

 

 

Gisèle Grimm, la transcriptrice

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 17:34

Le journal est-il un instrument d'éducation ?

 

C'était vrai en 1791 quand le jeune Otto van Eck, 11 ans, commença à tenir (en néerlandais) un journal à l’instigation et sous le contrôle de ses parents. On saisira la ligne générale de ce journal dans la note suivante, écrite à 14 ans :

 

« Ce matin, quand ma mère a lu mon journal de la semaine passée, elle m'a dit qu'elle n'aimait pas ma façon de le tenir, et qu'au lieu de parler de mes jeux et de mes leçons, qui sont presque toujours identiques chaque jour, je devais évoquer ma conduite rationnelle et les passions qui me guident ou les fautes que je commets. C'est, en effet, je dois le reconnaître, plus utile » (16 mai 1795 - 14 ans).

 

 

Deux cents ans plus tard, en1982, la jeune Ariane Grimm écrivait à 15 ans dans son journal auquel elle donnait le nom de "Copper":

 

       Ah! Petit Copper, que je suis contente de t'avoir trouvé. Je pourrais fumer, boire, me camer, prendre systématiquement du féca, plus jamais de sport, plus jamais t'écrire, mon chéri, et j'en serais au point du suicide! Je ne me suiciderais pas mais je raterais mes études sans me fendre pour autant. Je deviendrais une pauv'fille.            

       Mon chéri Copper, je t'écris, et avec mon courage, je sors d'une torpeur gigantesque. Je fais face, j'affronte. C'est atroce. Je me bats. [...]

 

 

Il faut préciser qu'Ariane avait commencé à écrire son journal à 7 ans et à sa seule initiative. En outre, elle en avait interdit la lecture..... : "la personne qui lira ce cahier sans la permission de son propriétaire ne sera pas hors de danger".

cahier-n-5.png

Gisèle Grimm la transcriptrice

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : autobiographie
  • : Description : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985), dont vous voyez ici la photo. Ariane est une jeune diariste qui a beaucoup écrit et dessiné dès l’âge de sept ans et demi… et jusqu’à dix-huit ans. Après sa disparition dans un accident de moto, j’ai fait publier les dernières pages de son journal chez Belfond (1987), puis « j’ai lu » (1988), et je publie ici ce qu’elle avait précieusement « archivé » et qu’elle appelait ses «œuvres": des pages de son journal que je présente en liaison avec l'actualité, ses histoires inventées ou... qui se sont réellement passées, ses bandes dessinées, ses conseils donnés dans un "livre de potions"... Vous trouverez aussi toutes les actualités concernant cette petite fille "écrivaine" et dessinatrice.
  • Contact

Recherche