Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2018 3 26 /12 /décembre /2018 21:40
La psychanalyse manque-t-elle de psychologie? Quelques citations du journal d'Ariane Grimm me permettent d'économiser une longue dissertation sur le sujet.

Le 15 avril 1982, Ariane Grimm, 15 ans, écrit à propos de J.F. son psychanaliste :
"Il m'a fait connaître une gênes à cause du silence.[...] Et le pire, c'est que je suis horriblement malheureuse et j'aimerais qu'il me parle, me parle, me parle."

Au cours de cette "thérapie", il a été décidé qu'Ariane quitterait le nid maternel (Grimm) pour aller vivre chez Richard, son père:

Le journal d'Ariane -
"Mardi 3 août 1982: Une petite lettre à J.F. : "Cher J.F., J'espère que tu te reposes un peu entre tes séances. Moi, j'ai encore un mois et quelques semaines de vacances et même ça devient chiant à la fin. En fait, je n'arrive pas tellement à profiter de mon séjour et je ne suis pas guérie! Mais vivant chez mon père, je garde un peu d'espoir. [...]

Vivre chez son père? Tiens tiens! Quatre jours plus tard, Ariane écrit :
"Samedi 7 août 1982 - Je réfléchis à mon déses [désespoir]. Il correspond évidemment à mon départ chez Richard, le «décès» de Grimm."

Et le lendemain, journal d'Ariane:

"Dimanche 8 août 1982 - La vraie raison de mon déses est que je me casse chez Richard et que Grimm me hante, je crois. Vraiment, ce journal est formidable. Ce travail terrible à faire seule. C'est dingue."

VIVANT CHEZ MON PÈRE.... LE DÉCÈS DE GRIMM... GRIMM ME HANTE...
La simple confrontation de ce qu'Ariane écrit au psy J.F. et  la douleur qu'elle exprime de quitter sa mère (Gisèle Grimm) économise le commentaire.

 

la tentation du suicide:  http://www.arianegrimm.net/PAGES/2.32-g.html

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 18:59
Annie Ernaux a lu le journal d'Ariane (avec son autorisation). Elle écrit à Gisèle, mère d'Ariane.   
                                                                                 12 juillet 2001
Gisèle Grimm,
  J’ai ouvert le journal d’Ariane, lu des passages au hasard et, immédiatement prise, j’ai recommencé au début. Sans m’arrêter de l’après-midi jusqu’à ce que j’aie terminé. A cinq heures.
  La première chose à vous dire :  merci d’avoir permis que le journal de votre fille soit publié. C’est un texte bouleversant de vérité, d’âpreté à vivre, de douleur. Ce gouffre en elle, cette avidité, et cette lucidité exceptionnelle pour une fille de son âge m’ont saisie. Non, ce n’est pas mal écrit ou écrit sans recherche, ces phrases ne signifient rien ici. C’est écrit au plus près de la vie et sans tricher. Et certains passage sont, littérairement, magnifiques dans leur concision : « Je suis tellement triste que je ne peux même pas imaginer le bonheur » (p.129 - je sais, ces notations ont quelque chose de ridicule, ici). Ariane dit ce qu’il y a d’essentiel et de terrible, qu’elle a besoin d’un homme, du sexe, de l’amour, et pourtant elle n’est pas heureuse de les « avoir », les mecs. Elle est belle et, au fond, c’est encore pire, c’est une lutte de moins. Vous avez raison, elle aurait écrit des romans, des livres, elle serait devenue une écrivain parce que, quand rien ne comble, il ne reste que l’art. Il est atrocement poignant de voir surgir tôt dans le journal publié, l’objet, l’instrument de la tragédie, la conscience de la tragédie elle-même lors de l’accident de vélo. Evidemment, elle vous aime. Mais c’est ainsi, que vous ne pouviez rien pour elle. Sauf cet acte d’amour de nous la rendre vivante, ressuscitée. J’ai dialogué avec elle tout au long de ma lecture.
  Je vous embrasse.
Annie Ernaux

http://www.arianegrimm.net/PAGES/9.html

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 20:16
L'INÉGALITÉ SOCIALE.... elle ne date pas d'aujourd'hui!
Déjà en 1936, cette inégalité s'affichait même sur les plages. Il y avait les "travailleurs" et il y avait... "les riches" qui n'aimaient pas les travailleurs!!! Et pourquoi donc?... Lisez ce mot que la mère d'Ariane avait adressé (plus tard... en 1982) à "La Petite" pour en donner la raison:
Transcription: Les riches n'aimaient pas LES CONGÉS PAYÉS car les travailleurs envahissaient les plages (Dauville) et jetaient leur peau de saucisson sur le sable! Il nous appelait: les "saucissonneurs"! - Remarquez le "nous" qui prouve que la mère d'Ariane faisait partie des saucissonneurs... La pauvre!
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 13:17
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 20:05
TRISTESSE
Cher Paul Verlaine .....
Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur qui pénètre mon cœur?
 
A 15 ans, Ariane Grimm dans son langage d'adolescente ressent la même tristesse et écrit dans son journal:
Je suis tellement triste que je ne peux même pas m'imaginer le bonheur. Je sais pas ce qui pourrait me faire revivre. Je suis fondamentalement triste. Je veux pleurer. Merde. Qu'est-ce qui va pas? Je tourne en rond.
Impossible de sortir de ce déses. Courage, Ariane. Je ne supporte plus mon nom. L'année dernière, j'avais commencé à l'aimer quand ça allait mieux. J'avais une super réputation. «Ah! C'est toi Ariane?!» Les mecs voulaient sortir avec moi. Trois quand même! Alors peinard. Là, c'est: «Ariane...». Ce prénom me déplaît. C'est moi. Je m'aime. Je voudrais être en double et me consoler. Pourquoi suis-je refusée? Courage Ariane.
            
Pour les très CURIEUX qui seraient heureux de voir et de lire ce que d'autres CURIEUX ont écrit sur ce qu'a écrit Ariane Grimm entre 10 et 15 ans, cliquez sur ce lien :  L'œuvre d'Ariane Grimm
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 14:32
Fin octobre, début novembre de chaque année, Ariane et sa mère allaient au cimetière sur la tombe de Grand-Mère disparue au moment de la naissance d'Ariane qui, de ce fait, ne l'avait pas connue. Aller "la voir" au cimetière était amusant puisqu'Ariane avait le droit de ramasser les marrons tombés des arbres alentour et de les ranger en rangs d'oignons ou en rondelles sur la tombe. On s'en doute, comme elle le fit pour tout ce qu'elle voyait, entendait, vivait, Ariane a illustré cette visite au cimetière :
La Grand-Mère d'Ariane s'appelait Reine, un très joli nom! Dans l'imaginaire de la petite fille, sa grand-mère était donc une Reine! Alors, curieuse, elle se faisait raconter des histoires sur la vie de cette femme qu'elle n'avait pas connue et un jour, elle ne put s'empêcher d'adresser à sa mère un petit mot concernant Reine :
TRANSCRIPTION DU PETIT MOT : (1975: Ariane a sept ans et demi) : Chère maman, je rêve toujours de ta maman. Et tu sais que quand je suis à l'école, je pense à toi et à Reine. Vous êtes belles toutes les deux.
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 15:25
Grimm est la mère d'Ariane Grimm... Ariane qui, à 12 ans, écrit... raconte plutôt dans son journal:
Mardi 29 mai.... (1979): Le réveil est terrible à 7 heures. Pour une fois, nous avons piscine! Cet après-midi, on a un contrôle d'histoire. J'ai 19 en musique. Je suis triste car je vais rester avec Gisèle ce week-end (3 jours) au lieu d'aller avec (un cœur) papa (un cœur). C'est une conne. Je me lave les cheveux. Bonsoir, Ariane
[Les petits signes?... Journée moyenne, Maman râle...]

Zut! Je ne suis pas aimée!!!!! Gisèle

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 16:24
Charles Aznavour (ah! Charles, tu m'écoutes?) chantait : "Je n'ai plus 15 ans..." et Ariane Grimm? Quand elle avait  15 ans?... elle écrivait:
 
Une grande question se pose pour moi: Qui est plus belle: Sophie Marceau ou moi? Tout le monde dit que c'est moi dans les adultes: Gisèle, papa, un autre type, etc... Moi, je sais pas trop. Je connais ma gueule. Je sais que des fois, je suis super mignonne, mais la plupart du temps, je suis pleine de bonbons, points noirs, yeux gonflée et... mal coiffée. Mes cheveux se foutent dans tous les sens et ça fait carrément atroce. Maintenant, je crois que si je prenais soin de moi ça irait mieux. Sophie Marceau a des petits yeux de près. De loin, c'est pas sensas. Mais elle a de la classe, elle est appétissante.

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 12:22

Charles Aznavour n'est plus là... (trois fois hélas!!!) mais il l'avait chanté:

 

 

"Il faut boire jusqu'à l'ivresse sa jeunesse"

 

 

... Et c'est bien ce qu'à fait et écrit Ariane Grimm dans son journal:

 

 

   "C'est vrai, il n'y a que l'amour. J'ai frémi de tout mon corps quand José m'a prise dans ses bras. Il m'a un peu serrée, c'était absolument sublime. Je trouve qu'il n'y a pas mieux. En ce moment, je me sens abandonnée mais je m'adore quand même. Je ne peux pas lire. Je pense à José. Je voudrais tellement qu'il soit là.

  J'ai brillé comme c’est pas possible. Je suis formidable. Je suis tellement chouette physiquement et moralement.

   Maintenant, je commence à être cultivée, à avoir un point de vue. Je m'adore et j'ai 16 ans.

- Traductrice sa mère: Gisèle Grimm

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 20:13
Il y a des trucs qui font plaisir quand on publie un livre... même si on ne l'a pas écrit soi-même:

 

... C'est ce qu'a écrit un critique à propos du journal d'Ariane Grimm, publié chez Belfond en 1987:

 

"Un monologue passionné qui se révèlera tragiquement prémonitoire"

 

Exemple: ce qu'écrit Ariane dans son "Cahier de mémoire n°15: Copper": lundi 29 août 1982:

 

"J'ai longuement réfléchi à cette histoire de moto.
Voilà. Je comprends. Mon père m'aime et ne veut pas me perdre par un accident de moto. Il se doute qu'à 18 ans il se passera des choses, mais au moins ma mort ne sera pas sur sa conscience (enfin si je meurs. Maintenant quand je pense à ma future moto, je pense systématiquement à ma mort. C'est incroyable, merde)."
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : autobiographie
  • : Description : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985), dont vous voyez ici la photo. Ariane est une jeune diariste qui a beaucoup écrit et dessiné dès l’âge de sept ans et demi… et jusqu’à dix-huit ans. Après sa disparition dans un accident de moto, j’ai fait publier les dernières pages de son journal chez Belfond (1987), puis « j’ai lu » (1988), et je publie ici ce qu’elle avait précieusement « archivé » et qu’elle appelait ses «œuvres": des pages de son journal que je présente en liaison avec l'actualité, ses histoires inventées ou... qui se sont réellement passées, ses bandes dessinées, ses conseils donnés dans un "livre de potions"... Vous trouverez aussi toutes les actualités concernant cette petite fille "écrivaine" et dessinatrice.
  • Contact

Recherche