Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2022 4 06 /10 /octobre /2022 17:45
Le prix Nobel de littérature 2022 a été attribué à la romancière française Annie Ernaux, le jeudi 6 octobre 2022.
Se raconter, finement, précisément, à la première personne, c’est l’œuvre puissante, féministe et universelle, que bâtit depuis 1974 cette grande écrivaine.
Ses livres ont accompagné des générations de femmes et d'hommes:
               Des Armoires vides:
... à Mémoire de fille, en passant par La Place, La Honte, L’Évènement ou encore Regarde les lumières, mon amour, l’écrivaine, engagée à l’extrême gauche, «transfuge de classe», a bousculé l’ordre littéraire et social, en écrivant sur des objets « considérés comme indignes de la littérature », tels l’avortement, le RER, les supermarchés, autant que sur la filiation, la mémoire, les différences de classes et les revendications féministes.

 

     J'ai eu la chance de rencontrer Annie Ernaux en 2001 lors des "Journées de l'autobiographie" qui sont tenues chaque année par l'Association dont je vous ai déjà parlé: l'Association pour l'Autobiographie, et je n'ai pu m'empêcher, on s'en doute, de lui parler d'Ariane; à sa demande, je lui ai remis le journal de ma chère enfant: 
Et voici ce qu'Annie Ernaux m'a écrit:
             (avec son autorisation)
12 juillet 2001
 Gisèle Grimm,
    J’ai ouvert le journal d’Ariane, lu des passages au hasard et, immédiatement prise, j’ai recommencé au début. Sans m’arrêter de l’après-midi jusqu’à ce que j’aie terminé. A cinq heures.
   La première chose à vous dire : merci d’avoir permis que le journal de votre fille soit publié. C’est un texte bouleversant de vérité, d’âpreté à vivre, de douleur. Ce gouffre en elle, cette avidité, et cette lucidité exceptionnelle pour une fille de son âge m’ont saisie. Non, ce n’est pas mal écrit ou écrit sans recherche, ces phrases ne signifient rien ici. C’est écrit au plus près de la vie et sans tricher. Et certains passage sont, littérairement, magnifiques dans leur concision : « Je suis tellement triste que je ne peux même pas imaginer le bonheur » (p.129 - je sais, ces notations ont quelque chose de ridicule, ici). Ariane dit ce qu’il y a d’essentiel et de terrible, qu’elle a besoin d’un homme, du sexe, de l’amour, et pourtant elle n’est pas heureuse de les « avoir », les mecs. Elle est belle et, au fond, c’est encore pire, c’est une lutte de moins. Vous avez raison, elle aurait écrit des romans, des livres, elle serait devenue une écrivain parce que, quand rien ne comble, il ne reste que l’art. Il est atrocement poignant de voir surgir tôt dans le journal publié, l’objet, l’instrument de la tragédie, la conscience de la tragédie elle-même lors de l’accident de vélo. Evidemment, elle vous aime. Mais c’est ainsi, que vous ne pouviez rien pour elle. Sauf cet acte d’amour de nous la rendre vivante, ressuscitée. J’ai dialogué avec elle tout au long de ma lecture.
   Je vous embrasse.
Annie Ernaux

 

Cher curieux, si vous voulez en savoir plus sur ce qu'est l'envie d'écrire: CLIQUEZ CI-DESSUS:
Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Coucou Gisèle! Bravo à cette dame Annie Ernaux ! Elle a dialogué avec Ariane tout au long de la lecture de son journal !!! C'est émouvant! ! C'est un très bel hommage aux écrits d'Ariane! Un grand merci pour le partage! Bisous!
Répondre
A
eh oui! cette dame aime bien le journal d'Ariane, merci de le souligner. Ça me fait plaisir. BOnne journée, Gisèle
E
Bonjour Gisèle. Je n'ai encore rien lu de cet auteur. Il va falloir que je le fasse. Bonne journée et bisous
Répondre
E
Bonjour Gisèle. Je les emprunterai à la médiathèque. Bisous
A
Bonjour Brigitte, Je suis embarrassée pour me permettre de te conseiller (!) car entre ce qu'elle a écrit à la première personne (dont "La Honte"....) et "LES ANNÉES", (ce qui s'est passé et dont on (elle) se souvient). Comme tu es une attachée de presse de première, lis les deux, sachant que "LA HONTE" te choquera peut-être. J'ai bien précisé qu'Annie Ernaux écrivait sur des objets "CONSIDÉRÉS COMME INDIGNE DE LA LITTÉRATURE", comme l'a été le journal d'Annick "LA FLAMBE" refusé par Bernard Pivot à l'époque!
.
oh si tu savais comme je tiens à cette petite tout comme à toi....non sans un serrement au coeur à chaque fois que je lis ce qu'elle écrit ..mais m'exprimer chut ...au fond de mon coeur .....quelque part du vécu .......
Répondre
A
Merci! D'ailleurs la lettre que m'a écrite <annie Ernaux et que tu as lu bien sûr estla preuve que la petite va la peine! Merci, Gisèle
E
Bonjour Gisèle. Tu mets en lumière ta fille et na nouvelle Prix Nobel qui a su apprécier les écrits d'Ariane et ton travail de restitution. Bisous
Répondre
A
Merci Brigitte, mettre en lumière Ariane, tu le sais bien, et merci à toi qui suit attentivement tous ses écrits. Bonne journée, Gisèle
P
Très bel hommage aux écrits d'Ariane et d'autant plus fort qu'il provient du nouveau prix Nobel de littérature.<br /> Merci de partager cela ici.<br /> Bonne soirée Gisèle
Répondre
A
Oui Pascale, et cela me fait plaisir, Merci d'apprécier! Bonne journée, Gisèle
.
et un grand merci pour cet article...♥..que du bonheur ......j'espère que tu vas bien ...
Répondre
A
Merci Simone mais tu ne dis rien sur la lettre qu'Annie Ernaux sur le journal d'Ariane. Cela est-il utile à ton avis ou est-ce simplement quelques jolis mots pour me faire plaisir? Merci pour ton gentil commentaire que j'apprécie, tu t'en doute. Gisèle
A
Salut Simone, Oui, je me devais de faire cet article . Que le journal d'Ariane soit apprécié par le grande spécialiste de l'écriture à la première personne que j'ai eu la chance de rencontrer. Ma santé? Elle va vien mais dur dur de marcher! Bonne après-midi, Gisèle
J
Bonsoir Gisèle, oui vu l'info à la télé pour le prix Nobel de Littérature.... Un courrier en retour à garder, que je découvre.... merci aussi, bonne nuit, jill
Répondre
A
Oui, le courrier à garder, c'est )à dire la lettre que m'a adressée Annie Ernaux après avoir lu le journal d'Ariane, c'est ma raison de vivre encore, si longtemps après la mort d'Ariane qui est "ressuscitée" écrit Mme Ernaux. Merci Madame Jill Bill

Présentation

  • : autobiographie
  • : Description : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985), dont vous voyez ici la photo. Ariane est une jeune diariste qui a beaucoup écrit et dessiné dès l’âge de sept ans et demi… et jusqu’à dix-huit ans. Après sa disparition dans un accident de moto, j’ai fait publier les dernières pages de son journal chez Belfond (1987), puis « j’ai lu » (1988), et je publie ici ce qu’elle avait précieusement « archivé » et qu’elle appelait ses «œuvres": des pages de son journal que je présente en liaison avec l'actualité, ses histoires inventées ou... qui se sont réellement passées, ses bandes dessinées, ses conseils donnés dans un "livre de potions"... Vous trouverez aussi toutes les actualités concernant cette petite fille "écrivaine" et dessinatrice.
  • Contact

Recherche