Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 15:50
ANNIVERSAIRE

 

Oui, Anniversaire de la mort d'Ariane le 11 août 1985 et telle qu'Ariane l'a racontée... dans son journal:
Vendredi 30 juillet 1982
         Cette date est mémorable. Elle représente la journée la plus atroce que j'ai vécue dans ma vie. J'aimerais oublier à tout jamais l'abominable accident que j'ai eu en bécane ce midi.
(En fait, l'accident s'est passé en 1985 en moto!)
         Quel souvenir amer!
         Quelle souffrance physique et même morale. J'ai l'impression de vivre une autre vie, je suis infirme. Je me sens faible, vulnérable, anéantie. Plus jamais je recommencerai mes exploits en meule. C'est fini de flamber à toute blinde sur la côte d'Azur! Mon engin est complètement morflé aussi. Moi, je suis traumatisée, je vis dans un cauchemar, je tremble à tout instant.
         Mais enfin que je vous raconte les circonstances terribles de mon massacre:
         Je roulais à vélo (plus haut, on peut croire qu'il s'agit d'une moto. Eh non! Heureusement d'ailleurs pour une fois) et puis je me disais: « Putain! quelle vitesse. Si j'avais une bécane, vous vous imaginez la flambe! Tiens, il n'y a pas de voiture, profitons-en pour tourner d'un seul coup sans freiner! »
         Et VLAM! Une caisse me saccage, me renverse sur la chaussée. Je suis traînée sur le trottoir sous les regards de tous les passants. C'est atroce. Je sens que j'ai un truc cassé tellement j'ai mal. C'est intolérable. Je râle de douleur. Une auréole gigantesque tache mon fut’ blanc. Le conducteur m'aide à le virer. Atroce! Je ne peux même plus regarder! Je tremble, je sanglote, je vois tout en blanc. Je m'allonge. Les secours sont appelés et j'attends, j'attends...
         Papa arrive. Un réconfort. Je suffoque. Que l'attente est longue! J'ai atrocement mal, je transpire, je grelotte, je tremble. Tous les gens sont figés sur moi, regardent ma blessure. Je suis morte de honte...
         Car quelques instants avant, je frimais à mort en fonçant parmi les gens   les mêmes, qui me revoient en sang agonisant sur le trottoir. Mon vélo est complètement tordu, enfoncé, et ce qui l'a enfoncé, c'est ma jambe, en particulier un point. C'est là que j'ai eu ma perforation. C'est seulement par un point que toute la bécane est morflée. Oui, je sais pas trop quoi m'a enfoncée, m'a perforée   peut être la pédale   mais j'ai un énorme trou d'un centimètre de diamètre, profond, profond, rouge, d'où sortent des mares de sang. C'est abominable, j'ai un gros cratère dans la jambe. C'est la première fois que je vois un trou, un immense trou dans la peau. C'est hallucinant. Jusqu'où va t il? Les bords sont rentrés, ce trou est béant, gigantesque et profond. C'est absolument infect.
  •      Vous savez, dans ma frayeur, c'était pas le sang qui m'a fait peur mais le trou béant. Et puis tous ces gens qui me mataient comme une bête curieuse, y compris un mec avec qui je pouvais sortir! Me voir, ensanglantée, misérable, par terre, à cause d'un vélo… quelle humiliation! Ensuite se faire embarquer par les pompiers!
         Voilà pour les douleurs morales. Et puis physiquement, c'est pratiquement intolérable. Je sens des tumeurs partout. Je vois des nouvelles blessures à chaque endroit. Je suis parsemée de sang...
         Dans l'ambulance... c'est interminable. Je ne tombe pas dans les pommes du tout. Je souffre terriblement. Tous mes muscles sont endoloris. Que cette douleur est intense et vive! A l'hôpital, enfin! on m'emmène pour des radios et ouf! j'ai rien de cassé! Papa est là.
         Je suis pas très consciente de ce qui se passe. J'ai juste peur pour les points de suture du trou béant. Enfin, on m'installe et on fait l'anesthésie. Je sens rien mais je sais qu'un gars me transperce la peau avec une aiguille...
         Je saute quelques détails de seringues enfoncées pendant quelques minutes pour vaccinations.
         Car le pire c'est que je suis complètement endolorie. J'ai des douleurs partout, et même à l'arrêt.
         On me ramène, morte de souffrance. Je m'allonge et je peux pas me relever.
     Si Source (GRIMM, MA MÈRE) m'avait vue agonisant sur le trottoir avec mon trou béant, comme un puits pissant le sang, inondant la surface de mes jambes...

 

Amies-amis-nautes, si vous désirez savoir qui était Ariane Grimm? Cliquez sur l'image ci-dessous:
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Dingue, ce récit. ET tellement vivant!! Prémonitoire aussi, je suppose. Douloureux aussi, je suppose pour toi. ET je t'embrasse très fort!!! Tu es vivante pour transmettre ces récits, tu as une présence inestimable: Tu es Toi et tu es le fil de la vie d'Ariane..
Répondre
É
Son accident en veéo est aussi triste que celui de son accident mortel en moto ! Elle avait une belle plume ! De tout coeur avec toi Gisèle !
Répondre
E
Je suis revenue lire le récit d'Ariane sur son accident de vélo : vraiment bien raconté, et prémonitoire aussi. Bonne journée et bisous
Répondre
A
merci Brigitte. Oui, Pour moi qui sait ce qui s'est passé lors de l'accident mortel (!) en 1985, c'est mot pour mot ce qui s'est passé! Je t'avoue que ce récit a impressionné ceux qui ont lu le journal. C'est pour ça que les écrits d'Annick ont été objet d'études. J'ai donc fait un site: / www.arianegrimm.net / auquel je travaille encore ! Sans ça, il y a belle lurette que j'aurais disparu. Cela me maintient en vie. Etrange. Bonne soirée, encore merci!, Gisèle
.
suis déjà passée x fois mais n'ai pas laissé de commentaires ....♥ ....bonne soirée ....de tout ♥ avec toi
Répondre
A
Ben, difficile de laisser s' échapper une larme écrite devant un tel malheur! Mais grâce à son journal, j'ai été obligée de vivre! Alors, je l'ai lu, recopié, publié et... 37 ans plus tard, j'en parle dans OB! Bonne nuit Simone, Gisèle
E
Bonjour Gisèle. Cette nuit il a fait orage et il a plu. Les températures ont baissé : c'est agréable. Bon dimanche et bisous
Répondre
A
Merci Brigitte, température agréable, ouf! cela me permet d'ouvrir mes fenêtres car mes 25 degrés ne sont pas faciles à supporter fenêtres fermées Ouf! de l'air! Bonne journée à toi, Gisèle
P
Bonjour Gisèle,<br /> En effet, un très douloureux anniversaire.<br /> Lors de ma première visite sur cet espace, je n'avais pas compris le lien avec l'auteure de ce journal intime.<br /> Chacun réagit différemment, je serais incapable de me replonger dans cette souffrance mais l'essentiel est de trouver sa force, et il semble que la tienne soit dans son journal.<br /> Je t'ai répondu au sujet du Moro sphinx, ce n'est pas celui que tu vois de nuit, celui-là est actif de jour.<br /> Bonne journée
Répondre
P
Je peux comprendre, survivre à la mort d'un enfant c'est tellement contre nature. <br /> Oui, il fait bien meilleur depuis hier, que c'est agréable.<br /> Bonne soirée Gisèle
A
Moro sphinx, le tien est donc inactif le nuit! Ouf! En effet, c'est grâce à son journal dont elle m'avait tant parlé que j'ai pu survivre quand on m'a annoncé sa mort!... Bonne journée Pascale, Pas trop désagréable grâce à une température supportable! Gisèle
E
Bonjour Gisèle. C'est un bien triste anniversaire que celui de son accident mortel de moto. A t elle eu cet accident de vélo en 1982 o bien avait-elle tout imaginé ? Elle racontait tellement bien... Bisous
Répondre
A
Ce que reproduit ci-dessus, c'est le récit de l'accident de vélo qu'elle a eu en août 1982... qui est comme la répétition générale de son accident en moto trois ans plus tard (1985). Ceux, celles qui ont lu son journal ont été impressionné par ce récit et l'ont signalé (Annie Ernaux, Philippe Lejeune, les compte-rendus de lecture dans les journaux, etc. Très étrange comme tout ce qu'Ariane a fait, écrit et dessiné. Bonne journée courageuse Brigitte (37 degrés!), Gisèle
L
Bonsoir notre NOUS. Comme nous vous aimons. Votre mémoire n'en est point une, elle est une vie, la vôtre et la nôtre. Qui ne serait rien sans Nous, mon reflet et moi. Qui ne serait rien sans Vous. Vous, le seul souffle qui nous fait vivre. Douceur de l'instant de tout le temps. Mon Reflet et moi même. l.
Répondre
A
Merci Liedich, vous apportez un baume à ce qui est, même 37 ans après, une souffrance intolérable. Douce journée à vous en dépit de la températur en ce moment chez vous, Gisèle
J
Bonsoir Gisèle, triste date anniversaire que rien ne pourra faire oublier.... Prémonitoire son histoire, ah ma foi.... hélas ! Merci, amitiés, jill
Répondre
A
Madame Jill Bill si attentive à ce qui m'est arrivé, MERCI MERCI MERCI MERCI à l'infini. Comme je vous aime bien MADAME. Tous mes voeux pour que vous se passe bien pour vous et ceux-celles que vous aimez et qui vous aiment. Je vous salue profondément, Gisèle

Présentation

  • : autobiographie
  • : Description : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985), dont vous voyez ici la photo. Ariane est une jeune diariste qui a beaucoup écrit et dessiné dès l’âge de sept ans et demi… et jusqu’à dix-huit ans. Après sa disparition dans un accident de moto, j’ai fait publier les dernières pages de son journal chez Belfond (1987), puis « j’ai lu » (1988), et je publie ici ce qu’elle avait précieusement « archivé » et qu’elle appelait ses «œuvres": des pages de son journal que je présente en liaison avec l'actualité, ses histoires inventées ou... qui se sont réellement passées, ses bandes dessinées, ses conseils donnés dans un "livre de potions"... Vous trouverez aussi toutes les actualités concernant cette petite fille "écrivaine" et dessinatrice.
  • Contact

Recherche