Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:53

Je viens de lire que "L'écriture est un art comme les autres dont il faut maîtriser les outils, même pour une pratique amateur" (Cahier du "MONDE" 20 mars 2017).

Tiens!

Plus loin, je lis encore: "Un texte mérite les corrections les plus sévères si l'on veut que le lecteur le trouve souple et facile. Le naturel n'est pas spontané, on ne l'obtient qu'à force d'ajustements."

Mince !

Ariane Grimm ne s'est pas posé toutes ces questions. Elle écrit... comme elle parle:

 

Vendredi 30 juillet 1982

       Cette date est mémorable. Elle représente la journée la plus atroce que j'ai vécue dans ma vie. J'aimerais oublier à tout jamais l'abominable accident que j'ai eu en bécane ce midi.

       Quel souvenir amer!

       Quelle souffrance physique et même morale. J'ai l'impression de vivre une autre vie, je suis infirme. Je me sens faible, vulnérable, anéantie. Plus jamais je recommencerai mes exploits en meule. C'est fini de flamber à toute blinde sur la côte d'Azur! Mon engin est complètement morflé aussi. Moi, je suis traumatisée, je vis dans un cauchemar, je tremble à tout instant.

       Mais enfin que je vous raconte les circonstances terribles de mon massacre.

       Je roulais à vélo (plus haut, on peut croire qu'il s'agit d'une moto. Eh non! Heureusement d'ailleurs pour une fois) et puis je me disais: « Putain! quelle vitesse. Si j'avais une bécane, vous vous imaginez la flambe! Tiens, il n'y a pas de voiture, profitons-en pour tourner d'un seul coup sans freiner! »

       Et VLAM! Une caisse me saccage, me renverse sur la chaussée. Je suis traînée sur le trottoir sous les regards de tous les passants. C'est atroce. Je sens que j'ai un truc cassé tellement j'ai mal. C'est intolérable. Je râle de douleur. Une auréole gigantesque tache mon fut’ blanc. Le conducteur m'aide à le virer. Atroce! Je ne peux même plus regarder! Je tremble, je sanglote, je vois tout en blanc. Je m'allonge. Les secours sont appelés et j'attends, j'attends...

 

Dans ce cahier, Ariane raconte comment elle a trouvé la mort (lire le début de ce récit plus haut)

 

 

 

 

Et voici ce qu'elle écrivait à 7 ans et demi... sans passer par un atelier d'écriture!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Autobiographie - dans Ecrire sa vie
commenter cet article

commentaires

écureuil bleu 23/03/2017 18:11

Bonsoir Gisèle. Pas besoin de passer par un atelier écriture quand on a déjà ça en soi comme Ariane ! J'ai suivi ton lien vers ses écrits. Bisous

autobiographie 24/03/2017 12:06

merci bel Ecureuil pour ton attention à ma chère enfant. Bonne journée à toi,
Gisèle

jill bill 23/03/2017 12:33

Coucou vous deux.... Ah j'ai horreur moi aussi Ariane d'être commandée sur ce point aussi et si on n'aime pas on passe son chemin... chacun son style et chaque lecteur fera ses choix en lecture !!! C'est comme toutes ces académies de peinture qui vous obligent à ceci cela... non, non plus ! ;-) belle journée Gisèle, bises

autobiographie 23/03/2017 12:51

merveilleux! et je ris à me tenir les côtes! 1°/ Parce vous avez trouvé (et lu!) cet article... Bravo! 2°/ Parce que vous écrivez ce que j'aurais répondu si j'avais commenté mon article! Re-Bravo!

Présentation

  • : autobiographie
  • autobiographie
  • : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985) dont vous voyez ici la photo. Ariane est une petite-grande fille qui a commencé à écrire son journal ("mes mémoires" disait-elle) à partir de 7 ans et demi et jusqu'à 18 ans... Je travaille sur la publication en ligne de son journal, de ses écrits, de ses "mémoires", ainsi qu'elle appelait son journal. Ecrire et dessiner l'amusait beaucoup... et bien plus que ce qu'elle faisait à l'école!
  • Contact

Recherche