Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:53

Je viens de lire que "L'écriture est un art comme les autres dont il faut maîtriser les outils, même pour une pratique amateur" (Cahier du "MONDE" 20 mars 2017).

Tiens!

Plus loin, je lis encore: "Un texte mérite les corrections les plus sévères si l'on veut que le lecteur le trouve souple et facile. Le naturel n'est pas spontané, on ne l'obtient qu'à force d'ajustements."

Mince !

Ariane Grimm ne s'est pas posé toutes ces questions. Elle écrit... comme elle parle:

 

Vendredi 30 juillet 1982

       Cette date est mémorable. Elle représente la journée la plus atroce que j'ai vécue dans ma vie. J'aimerais oublier à tout jamais l'abominable accident que j'ai eu en bécane ce midi.

       Quel souvenir amer!

       Quelle souffrance physique et même morale. J'ai l'impression de vivre une autre vie, je suis infirme. Je me sens faible, vulnérable, anéantie. Plus jamais je recommencerai mes exploits en meule. C'est fini de flamber à toute blinde sur la côte d'Azur! Mon engin est complètement morflé aussi. Moi, je suis traumatisée, je vis dans un cauchemar, je tremble à tout instant.

       Mais enfin que je vous raconte les circonstances terribles de mon massacre.

       Je roulais à vélo (plus haut, on peut croire qu'il s'agit d'une moto. Eh non! Heureusement d'ailleurs pour une fois) et puis je me disais: « Putain! quelle vitesse. Si j'avais une bécane, vous vous imaginez la flambe! Tiens, il n'y a pas de voiture, profitons-en pour tourner d'un seul coup sans freiner! »

       Et VLAM! Une caisse me saccage, me renverse sur la chaussée. Je suis traînée sur le trottoir sous les regards de tous les passants. C'est atroce. Je sens que j'ai un truc cassé tellement j'ai mal. C'est intolérable. Je râle de douleur. Une auréole gigantesque tache mon fut’ blanc. Le conducteur m'aide à le virer. Atroce! Je ne peux même plus regarder! Je tremble, je sanglote, je vois tout en blanc. Je m'allonge. Les secours sont appelés et j'attends, j'attends...

 

Dans ce cahier, Ariane raconte comment elle a trouvé la mort (lire le début de ce récit plus haut)

 

 

 

 

Et voici ce qu'elle écrivait à 7 ans et demi... sans passer par un atelier d'écriture!

 

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 00:43

    Mon adresse e-mail a été piratée !!! donc si vous recevez un mail de moi qui proviennent de cette adresse... il ne s'agit pas de moi...  Et bien sûr, n'envoyez pas un rond !

    Mais rassurez-vous, j'ai tout changé: le nom de ma boîte mail, son mot de passe... oui oui ! Vous ne risquez désormais plus rien.

    Je vais aller aller me ré-inscrire chez chacune (chacun) pour recevoir encore vos précieux articles.

 

   Et, pour celles et ceux qui aiment Ariane... voici une petite histoire dans une de ses bandes dessinées

 

une bande dessinée faite à 12 ans

 

 

 

"l'Enlèvement,

Une aventure de Sylvie et Line"

 

 

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 22:42

hé oui! hé non! Fin de la chanson!

Il ne faut pas croire, quand un enfant écrit un journal..."personnel"  qu'il se lamente, broie du noir, appelle au secours!  Non, non!!! La preuve:

 

Ah! Que c’est emmerdant l’école! […]

Début de la chanson: Hé oui! Hé non! Fin de la chanson!

(Il est 2 h 30, je suis pressée d'aller en récré, eh oui! eh non! eh oui! eh non! Il est 2 h 35.

Non! maintenant, il est 4 h - 5, eh oui! eh non! eh oui! eh non! bis. Fin de la chanson)

Ensuite à 4 h 30, je suis rentrée. Maman m'a donné du thé. J'ai fait des marionnettes, ensuite elle est partie au travail. Entre-temps, je suis allée à Codec faire ses courses. J'ai mis la table, rangé la salle de bain, fait son lit, etc. et là, je fais mes devoirs. Elle va revenir à 19 H.30 et repartir encore au boulot.

Ariane, pseudo d'Annick )

 

Ariane parle de sa chère maman qu'elle aime bien en fin de compte!

Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 17:17

Voilà un thème qui est très à la mode!

  • "Ma mère, mon poison", docu d'Anne-Marie Avouac, que l'on pourra voir demain mardi 21 février sur France 5. (Je cite: "Les mots de sa mère, Sylvain s'en souvient comme des "poignards".

- ou encore:

  • "Une femme au téléphone" - "Ecoute ta mère quand elle te parle!" de Carole Fives, Gallimard "L'arbalète" ... ("Cette haine affectueuse"... "Ce désir de mort que porte tout amour maternel"... Petits extraits de l'article paru dans LE MONDE début février 2017).

- ou encore plus:

  • Tout ce que Grimm casse:

    • Vous savez, c'est seulement vers décembre 1981 que je me suis décidée à mettre au point les conneries de Grimm. N'en pouvant plus, j'ai commencé à écrire ce qu'elle me fait (Et maitenant, elle se calme!):

    • 14 décembre 1981 : Lampe de chevet de mon bureau

    • Janvier 1982: Menaces mort.

Hélas! Ces lignes sont extraites du journal d'Ariane Grimm: LA FLAMBE (Belfond 1987, puis Journal d'une jeune fille (J'ai lu, 1988 (livre de poche). Philippe Lejeune, spécialiste de l'autobiographie a écrit au sujet de ce livre:

"Ariane et sa mère ont développé une relation intense et conflictuelle qui est un des principaux thèmes du journal". (lien: http://www.arianegrimm.net/PAGES/chemins-de-formation-ariane.pdf

 

 

 

Lettre d'Ariane à sa mère: Je sais bien que tu es désordre et brutal, mais ce n'est pas un raison pour

Lettre d'Ariane à sa mère: Je sais bien que tu es désordre et brutal, mais ce n'est pas un raison pour

Repost 0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 15:13

Il y a pas mal de temps, Mme Jill-Bill m'avait laissé ce commentaire:  "Quand on est jeune et qu'on se sait trop vers qui se tourner, un journal intime remplace la peluche confidence....Petit Copper un joli nom pour cet ami là...." (MERCI Madame J.B.)

(...) Ah! Petit Copper, que je suis contente de t'avoir trouvé. Je pourrais fumer, boire, me camer, prendre systématiquement du féca, plus jamais de sport, plus jamais t'écrire, mon chéri, et j'en serais au point du suicide! Je ne me suiciderais pas mais je raterais mes études sans me fendre pour autant. Je deviendrais une pauv'fille.  Mon chéri Copper, je t'écris, et avec mon courage, je sors d'une torpeur gigantesque. Je fais face, j'affronte. C'est atroce. Je me bats. (...)  Cahier de mémoire n°15 "Copper" : Entrée du 2 septembre 1982. Ariane a 15 ans.

Pourquoi une telle citation? Pour montrer qu'Ariane Grimm, petite fille... puis jeune fille mal aimée ! qui, hélas, n'avait pas connu les bienfaits d'une "affection sécurisante" (sic Boris Cyrulnik et Françoise Dolto)  a su REBONDIR à la révolte qu'elle clame chaque jour dans son journal... GRÂCE À CE JOURNAL.

Est-ce parce qu'elle a su trouver cette autre issue qu'aujourd'hui encore, depuis 1993, ses écrits sont objet d'études  /génétique et autobiographie 8 - Ariane Grimm/   pour ne citer que la dernière étude?

Boris Cyrulnik appelle cela : "La résilience".

Gisèle Grimm 

 

Ariane s'adresse à son journal, car il n'ya que son journal qui l'écoute!

Ariane s'adresse à son journal, car il n'ya que son journal qui l'écoute!

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 14:27

Une chambre pour écrire... 

"Tous les types d'écritures conviennent à la chambre... Le journal de voyage, les méditations, l'autobiographie, la correspon-dance: la littérature "personnelle" , requiert le calme, le face-à-face avec la page blanche", écrit l'historienne Michelle Perrot,  professeure émérite d'histoire à l'université Paris-Diderot et militante féministe française, dans "Histoire de chambres" (Seuil, 2009) 

REQUIERT LE CALME ? 

Ariane qui n'avait pas lu ce livre écrit en 2009 (et pour cause...) l'a, elle aussi, écrit dans son journal:

10 Août 1982 : Papa est juste à côté de moi et je ne supporte pas les gens qui tournent autour de moi quand j'écris mon cahier. Je suis dans un état de solitude, de prise de conscience, de concentration, et je veux personne à mes côtés. 

 

[Plus tard:]

 

A part ça, je suis toujours aussi désespérée. J'ai compris pourquoi. II faudrait une solitude absolue pour pouvoir inscrire tout ça, car quand j'écris, c'est une véritable thérapie. Je pleure, je pense, je souris (je ris pas), etc. je m'occupe de moi. C'est un terrible travail. [...].   

 

  

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 12:09

Il y a des gens qui n'aiment pas Ariane!!! Sûrement parce qu'ils (elles) n'ont pas lu son journal qu'elle a commencé à écrire à 7 ans et demi... Ils (elles) disent qu'elle n'a eu l'idée d'en écrire un qu'après avoir lu le journal d'Anne Franck!!! A 7 ans et demi?... Rigolo! La preuve:

 

Cahier de mémoire n°14: "Banana"

(quatorze ans et demi)

- entrée du jeudi 4 mars 1982

"J'ai terminé le "Journal" d'Anne Frank. C'est franchement chouette comme histoire.

Je me sens misérable avec "Banana" à côté. Une chose me chagrine vraiment pour elle. Si je comprends bien, l'ignoble Gestapo l'a arrêtée en août 44 et elle est morte en mars 45. C'est-à-dire qu'elle est restée six mois et plus dans un camp de concentration, sachant son journal resté à l'annexe sous les yeux de tous, et ces deux ans, cloîtrée, n'ont servi à rien, elle, cette pauvre Anne pleine d'espoir ! Qu'a t-elle pu penser ?"

 

J'ai transcrit cette page pour montrer à "ceux qui n'aiment pas Ariane" que ce qu'ils disent (et écrivent sur Internet) est faux et aussi parce que cela m'a énervée! Gisèle Grimm en colère (mais on le sait: "Grimm est con!").

 

Repost 0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 14:34

Mémoire de recherche sur le journal personnel, une pratique d'écriture... dans lequel on parle des "écrits ordinaires singuliers" de la jeune et malheureuse Ariane. 

Alors, pour les vraiment très très curieux et surtout pour celles et ceux qui seraient intéressés par l'"Autobiographie", voici ce mémoire de recherche, travail de Mademoiselle Noémie Cadet, étudiante, intitulé : 

Écrits ordinaires singuliers. Façons de (se) dire Façons de (se) voir Façons de faire.
Mémoire de recherche sous la direction de Vaïana Le Coustumer, Vincent Rossin et Bertrand Vieillard. DSAA zzzzesign Produit, École Boulle, Paris 2016.(lien) .... 
Pour les curieux seulement!!!

 

 Voici une page de ce mémoire: 

"Ariane Grimm a un besoin incommensurable de s’exprimer qu’elle tente de combler par un projet diariste fourmillant. Ses journauxainsi foisonnent de textes de différents registres, entrées de journal, poèmes, lettres, listes mais aussi de dessins, de bandes dessinés, de collages, etc. Ses journaux sont étonnants de vitalité et d’invention. Le diariste peut tout aussi bien prendre plaisir à se cantonner à un registre d’écriture qu’à associer et hybrider les techniques." 

extraits de "cahiers de mémoire" d'Ariane Grimm

Extraits de "cahiers de mémoire" d'Ariane Grimm

 

 

 

 



 

Repost 0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 11:54

En ce moment, on joue au théâtre de la Porte Saint Martin à Paris "LES FEMMES SAVANTES" de Monsieur Molière... avec Jean-Pierre Bracri (chouette!) dans le rôle de Chrysale, bon bourgeois qui se fait mener par le bout du nez par sa femme (berk!)

    Dès la levée du rideau, deux jeunes filles discutent (se disputent!) au sujet du MARIAGE:

 

La plus jeune demande:

"Qu'a donc le MARIAGE en soi qui vous oblige, ma sœur...? 

- [....] Ne concevez-vous point ce que, dès qu'on l'entend, un tel mot à l'esprit offre de dégoûtant [...] et pouvez-vous, ma soeur, aux suites de ce mot résoudre votre cœur?!

- Les suites de ce mot, quand je les envisage, me font voir un mari, des enfants, un ménage... [...]

 

Et voici ce que, près de trois siècles plus tard,  Ariane Grimm écrit dans son journal sur le même sujet : 

 

Le 13 mai 1982 (elle a quinze ans): 

"Je me marre bien avec Myriam mais elle a tout de même de drôles de considérations ! Par exemple, elle est certaine que les types sont plus intelligents que les nanas, elle veut se marier plus tard à un mec et donc vivre à sa botte. Si elle pouvait, elle aurait maintenant des chiars! C'est dur quand même!   [...]

 

quelques pages du journal quelques pages du journal

quelques pages du journal

Repost 0
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 13:59

Mais non! Je ne suis pas une MATER DOLOROSA (on peut traduire par "Mère de douleur se tenant debout devant la croix"), non, non, pas du tout! 

 

Et je dirai même je suis une mère heureuse quand je vois que les écrits (et le journal) de ma chère enfant sont ... pardon d'en être fière!... portés à la connaissance du public scientifique (wouah) et que, ma foi, dans 200... 300... ans... les vieux messieurs à barbe blanche seront bien contents de lire ce qu'elle a écrit... http://www.arianegrimm.net/PAGES/2.2.htm

1.Voici la maman de Pier Paolo Pasolini qui joue le rôle de l'amère du Christ. 2.Gisèle ne s'en fait pas une miette!
1.Voici la maman de Pier Paolo Pasolini qui joue le rôle de l'amère du Christ. 2.Gisèle ne s'en fait pas une miette!
1.Voici la maman de Pier Paolo Pasolini qui joue le rôle de l'amère du Christ. 2.Gisèle ne s'en fait pas une miette!
1.Voici la maman de Pier Paolo Pasolini qui joue le rôle de l'amère du Christ. 2.Gisèle ne s'en fait pas une miette!

1.Voici la maman de Pier Paolo Pasolini qui joue le rôle de l'amère du Christ. 2.Gisèle ne s'en fait pas une miette!

Repost 0

Présentation

  • : LE BLOG D'ARIANE GRIMM
  • LE BLOG D'ARIANE GRIMM
  • : Je suis la mère d'Ariane Grimm (1967-1985) dont vous voyez ici la photo. Ariane est une petite-grande fille qui a commencé à écrire son journal ("mes mémoires" disait-elle) à partir de 7 ans et demi et jusqu'à 18 ans... Je travaille sur la publication en ligne de son journal, de ses écrits, de ses "mémoires". Elle s'en amusait beaucoup... et mieux qu'à l'école!
  • Contact

Recherche

Pages